4 décembre, 2020
Du président

Le Président de FPC accueille avec enthousiasme un nouveau rapport sur la relation entre la philanthropie et les communautés noires

Jean-Marc Mangin, Président directeur-général, Fondations philanthropiques Canada

Publié dans la foulée de notre webinaire du 14 octobre : « Reconsidérer les écarts : l’état de la relation entre la philanthropie et la communauté noire » mon précédent billet de blogue se concluait par cette déclaration de ma part : « Beaucoup de chemin reste à parcourir comme le démontre le mouvement antiraciste aux États-Unis et au Canada. La philanthropie n’est pas à l’abri de l’enjeu. FPC crée des espaces pour mener des discussions qui peuvent certes être parfois difficiles, mais qui peuvent également offrir nouvelles voies pour la collaboration et le progrès ».

C’est dans ce même contexte que je tiens à souligner la publication d’un nouveau et important rapport par le Foundation for Black Communities, Network for the Advancement of Black Communities (Réseau pour l’avancement des communautés noires) et les Philanthropy & Nonprofit Leadership Graduate Programs de l’Université Carleton. Ce rapport constitue le premier examen approfondi des relations entre la philanthropie canadienne et les communautés noires. Le rapport « Non financé : les communautés noires, les oubliés de la philanthropie canadienne » met en lumière le sévère sous-financement des communautés noires par les fondations canadiennes et recommande la création d’une Fondation pour les communautés noires dédiée spécifiquement à la résolution des besoins complexes et urgents des communautés noires au Canada.

Le rapport complet est accessible ici, mais compte tenu de son importance et de ses implications pour notre secteur et nos membres, j’ai pensé qu’il était pertinent de reprendre ici directement certaines de ses conclusions :

  • « Les fondations tant publiques que privées ne financent pas suffisamment les organismes communautaires desservant les populations noires ou dirigés par des Noirs. Seulement six des 40 fondations publiques et privées examinées ont versé des fonds à des organismes desservant les populations noires durant les années fiscales 2017 et 2018. Seulement deux fondations ont financé des organismes dirigés par des Noirs lors de la même période.
  • Comparativement aux autres fondations publiques et aux fondations privées, les fondations communautaires font meilleure figure dans le financement des organismes desservant les populations noires, mais tant ces organismes que les organismes dirigés par des Noirs demeurent sous-financés. Parmi les fondations communautaires que nous avons analysées, toutes sauf une ont accordé des financements à des organismes desservant les populations noires pour les années fiscales 2017 et 2018. Mais pendant cette même période, seulement six d’entre elles ont versé des fonds à des organismes dirigés par des Noirs.
  • Le total des financements accordés à des organismes desservant les populations noires ou dirigés par des Noirs est famélique. De plus, les financements sont sporadiques et ne sont ni pérennes, ni investis dans les capacités à long terme des organismes communautaires des Noirs.
  • Les dirigeants du secteur philanthropique et caritatif reconnaissent la nécessité et le potentiel d’une fondation philanthropique dirigée par des Noirs. Une telle fondation favoriserait l’autodétermination des communautés noires, permettrait de renforcer les capacités des organismes de ces communautés, garantirait des collaborations avec d’autres fondations à des fins de partage de ressources et de réseaux. Cela remettrait en question le paradigme philanthropique actuel qui exerce son « pouvoir » sur les gens par une distribution des ressources contrôlée du haut vers le bas. Ces dirigeants affirment que des données inadéquates, le manque de représentation des communautés noires dans le milieu philanthropique et des barrières systémiques, dont le racisme anti-noir, ont conduit à un grave problème de sous-financement des communautés noires au Canada. Il découle de cela que le secteur philanthropique ne comprend ni les besoins des communautés noires, ni la mesure dans laquelle elles sont soutenues par le secteur.
  • Malgré des arguments évidents en faveur de l’investissement, la philanthropie canadienne a été en grande partie absente du soutien des Noirs au Canada. »

Le rapport recommande ensuite la création d’une fondation philanthropique dirigée par les Noirs. Elle fait valoir que :

  • « La création d’une Fondation philanthropique dédiée aux communautés noires au Canada (Fondation pour les communautés noires) est nécessaire et urgente afin de répondre aux besoins particuliers et complexes des communautés noires au Canada. La Fondation pour les communautés noires matérialisera un modèle transformationnel de philanthropie communautaire. Cette philanthropie sera centrée sur l’autodétermination des Noirs au Canada, la mobilisation des actifs communautaires et le recours à des processus décisionnels inclusifs et fondés sur la confiance pour décider de l’allocation des ressources et des priorités en matière de renforcement communautaire et capacitaire. La Fondation pour les communautés noires sera la première organisation en son genre à investir dans des domaines prioritaires ayant pour objectif d’assurer un avenir plus prometteur pour les Noirs au Canada. Le succès de la Fondation dépendra de la disponibilité de ressources suffisantes pour qu’elle puisse fournir un appui financier pérenne aux communautés noires et aux organismes de ces communautés. »

J’exhorte nos membres et partenaires à lire le rapport dans son intégralité en prenant conscience qu’il constitue une contribution révolutionnaire à notre compréhension des obstacles systémiques et des défis de financements auxquels sont confrontées les communautés noires du Canada. Ces défis ne sont pas nouveaux, et nous pouvons et devons faire mieux pour répondre aux besoins et aux aspirations des communautés les plus marginalisées et les plus racialisées de notre pays.

La crise de la COVID a été un grand révélateur et accélérateur des inégalités et du racisme systémique présents dans notre société. De plus, le Canada est confronté à des crises convergentes, crise économique, pandémie, racisme, crise climatique, qui sont autant de défis qui exigent des gestions différentes. Il y a néanmoins quelques signes concrets de progrès.

Tout au long de 2020, FPC a mobilisé les fondations de partout au Canada pour qu’elles deviennent des bailleurs de fonds plus inclusifs. Notre outil de suivi des ripostes à la COVID indique que 12 % des fondations ont fait des investissements directs à l’appui des communautés racialisées. À Montréal, un consortium philanthropique appuie des plans d’interventions communautaires dans certains des quartiers les plus touchés et les plus diversifiés au Canada, et notamment les plans d’organismes communautaires dirigés par des Noirs et desservant des Noirs.

Si je regarde vers l’avenir, une source d’inspiration pour moi se trouve dans les recommandations du rapport visant à adapter le modèle du Fonds Égalité afin de transformer le paysage philanthropique. Les gouvernements, les fondations, la société civile et le secteur privé peuvent collaborer pour faire émerger une philanthropie en quête d’équité pour les Canadiens noirs, pour les peuples autochtones et pour les collectivités qui luttent encore et toujours pour obtenir la justice la plus élémentaire.

Au cours des prochaines semaines et des prochains mois, Fondations philanthropiques Canada intensifiera ses efforts afin de mobiliser ces communautés, les écouter et apprendre à leur contact, pour, en fin de compte, adopter des mesures plus audacieuses. Je crois qu’il s’agit d’une mission essentielle alors que nous nous efforçons de « renforcer le rôle de la philanthropie privée — dans toute sa diversité — en tant que partenaire d’un monde juste, équitable et durable. »

Billets connexes

You may also like:

  • Amplifier les impacts positifs de la philanthropie

    2020 a été et est toujours une année jalonnée de nombreux défis. La COVID-19 a mis en évidence et amplifié les disparités existantes au sein de la société canadienne et dans le monde.

     

  • Entretien avec Adwoa K. Buahene, membre du conseil d’administration de…

    Publié dans la foulée de notre webinaire du 14 octobre : « Reconsidérer les écarts : l’état de la relation entre la philanthropie et la communauté noire » mon précédent billet de blogue se concluait par cette déclaration de ma part : « Beaucoup de chemin reste à parcourir comme le démontre le mouvement antiraciste aux États-Unis et au Canada. La [...]

     

  • Comment les fondations peuvent-elles s’adapter aux sombres réalités de 2020?

    Publié dans la foulée de notre webinaire du 14 octobre : « Reconsidérer les écarts : l’état de la relation entre la philanthropie et la communauté noire » mon précédent billet de blogue se concluait par cette déclaration de ma part : « Beaucoup de chemin reste à parcourir comme le démontre le mouvement antiraciste aux États-Unis et au Canada. La [...]

     

Vos commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.