3 juin, 2021
Du président

Honorons la mémoire des enfants arrachés à leurs familles en passant de la parole aux actes

Jean-Marc Mangin, Président directeur-général, Fondations philanthropiques Canada

Je me dois d’aborder la nouvelle de la terrible découverte de l’inhumation massive d’enfants sur le site d’un ancien pensionnat autochtone à Kamloops. Cet événement doit forcer le Canada à se regarder dans le miroir. Mais il doit aussi nous pousser à faire de même, car le système des pensionnats avait été mis en place au nom de la bienfaisance et du progrès.

Les horreurs de ce système étaient connues dès le départ. Elles émergent des histoires relatées par les survivants et du travail du Dr Bryce, tout premier médecin hygiéniste en chef du ministère de l’Intérieur et qui fut aussi le premier lanceur d’alerte. Ces horreurs sont aussi ressorties à l’occasion de la recherche monumentale de la Commission royale sur les peuples autochtones de 1996 et de la Commission de vérité et réconciliation (CVR) de 2015. Ces preuves ont convaincu l’ancien chef de la Cour suprême que le Canada avait tenté de commettre un génocide culturel contre les peuples autochtones. Cette conclusion a également été confirmée lors de l’enquête nationale indépendante sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées et elle a été reconnue par notre premier ministre actuel.

Maintenant, nous savons au plus profond et au plus fort de nous-mêmes que le Canada a fait plus que laisser tomber ces enfants. Nous savons que ce passé n’est pas mort et que ce qui est advenu n’appartient pas seulement au passé. Au jour d’aujourd’hui, ce drame entache notre pays tout autant qu’il fait partie de lui.

Plus de 80 fondations ont signé la Déclaration d’action de la communauté philanthropique au service de la réconciliation et à l’appui des appels à l’action de la CVR. Mais, soyons honnêtes : le passage de l’intention à l’action et à l’impact a été péniblement lent. Je vous exhorte, toutes et tous, à réfléchir à la situation, à développer ces relations qui sont indispensables avec les peuples autochtones et à donner suite aux appels à l’action qui demeurent aussi pertinents aujourd’hui qu’en 2015.

Lors de notre webinaire d’hier, j’ai invité les participants à se joindre à moi pour un moment de silence. Un silence de 215 secondes. 215 secondes, c’est juste assez long pour se concentrer sur l’énormité de ces crimes, assez long pour se sentir mal à l’aise. Je vous encourage à faire vôtres ce malaise et ce deuil… Vivez ce deuil en pensant notamment aux survivants et à nos frères et sœurs autochtones et comprenez ce que signifient la douleur, la honte, la colère et le besoin criant d’imputabilité et de justice. Réfléchissons à la façon dont nos actions en tant que fondations, en tant qu’organismes de bienfaisance, en tant que citoyens de cette terre peuvent porter et faire germer les graines du changement et vraiment célébrer et honorer ces enfants qui sont morts des pratiques coloniales et racistes brutales du gouvernement du Canada. Notre gouvernement actuel — qui nous représente tous — doit agir rapidement pour retrouver tous ces enfants arrachés à leurs familles et pour mettre en œuvre les appels à l’action de la CVR.

Billets connexes

You may also like:

  • Amplifier les impacts positifs de la philanthropie

    2020 a été et est toujours une année jalonnée de nombreux défis. La COVID-19 a mis en évidence et amplifié les disparités existantes au sein de la société canadienne et dans le monde.

     

  • Entretien avec Adwoa K. Buahene, membre du conseil d’administration de…

    Je me dois d’aborder la nouvelle de la terrible découverte de l’inhumation massive d’enfants sur le site d’un ancien pensionnat autochtone à Kamloops. Cet événement doit forcer le Canada à se regarder dans le miroir. Mais il doit aussi nous pousser à faire de même, car le système des pensionnats avait été mis en place [...]

     

  • Comment les fondations peuvent-elles s’adapter aux sombres réalités de 2020?

    Je me dois d’aborder la nouvelle de la terrible découverte de l’inhumation massive d’enfants sur le site d’un ancien pensionnat autochtone à Kamloops. Cet événement doit forcer le Canada à se regarder dans le miroir. Mais il doit aussi nous pousser à faire de même, car le système des pensionnats avait été mis en place [...]

     

Vos commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.