4 janvier, 2022
Blogue Invites

Une occasion historique s’offre à la philanthropie de s’attaquer à la pauvreté liée à la pauvreté

Rabia Khedr, M.A., directrice nationale de Le handicap sans pauvreté

Jane a des handicaps invisibles. Sa prestation d’invalidité ne lui laisse pas d’autre option que de choisir tous les mois entre avoir des douleurs ou s’alimenter, prendre des médicaments contre la douleur ou des vitamines, offrir un cadeau de Noël à sa fille de cinq ans ou s’acheter des gants d’hiver, et ainsi de suite.

Les personnes en situation de handicap représentent 22 % de la population canadienne, mais forment 41 % de celle qui vit dans la pauvreté. Il y a parmi nous des gens ayant des déficiences qui vivent dans un pays soi-disant développé, une nation prospère où l’abondance est le privilège de certains et le désespoir, le lot de bien d’autres. Nous faisons l’histoire et chaque souffle est une source d’enseignement. La COVID-19 a privé beaucoup d’entre nous d’énormément de choses, qu’il s’agisse d’être chers ou de moyens de subsistance. Elle nous a aussi donné des leçons qu’il faut retenir. Les obstacles que rencontrent au quotidien les personnes en situation de handicap au niveau de l’emploi et de l’accès à services et des installations dans des circonstances ordinaires sont souvent invisibles pour le grand public. Ils sont devenus apparents, car des Canadiennes et des Canadiens physiquement aptes ont commencé à en faire l’expérience en raison des restrictions imposées pendant la pandémie. Il arrive souvent, par exemple, que des personnes en situation de handicap n’aient pas un accès approprié à des moyens de transport pour se rendre au travail, contrairement aux Canadiennes et aux Canadiens physiquement aptes qui peuvent utiliser leurs propres véhicules et les transports publics. Pendant le « confinement », le grand public qui dépendait des transports publics s’est heurté à des obstacles quand il lui a fallu se rendre sur place au travail.

Mais il y a du changement dans l’air! Le 3 décembre, qui est la Journée internationale des personnes handicapées, Carla Qualtrough, ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes en situation de handicap, a pris part avec des leaders du secteur philanthropique à une table ronde organisée par Le handicap sans pauvreté, Ashoka Canada, Fondations communautaires du Canada et Fondations philanthropiques Canada. L’initiative visait à mobiliser des champions de la justice sociale et économique pour mettre fin à la pauvreté liée au handicap, et à attirer davantage l’attention sur les inégalités auxquelles sont confrontées les personnes en situation de handicap et les occasions d’apporter des changements. Il en est surtout ressorti que nous devons nous attacher à amplifier les voix et points de vue du 1,4 million de personnes handicapées qui vivent dans la pauvreté, et nous engager auprès de toutes les forces culturelles, notamment le gouvernement et la société civile, pour obtenir un vaste soutien public.

La philanthropie canadienne est particulièrement connue pour soutenir des initiatives visant à accroître la diversité et l’inclusion. Les fondations ont l’occasion d’aider les personnes handicapées de bien des façons au sein de leurs organisations et avec le soutien de celles-ci. Il faut aider les personnes en situation de handicap à trouver leurs propres solutions aux défis qu’elles rencontrent et leur fournir pour cela des ressources.

Les personnes en situation de handicap et leurs alliés font leur part pour lutter contre la pauvreté liée au handicap. L’an dernier, Le handicap sans pauvreté a multiplié ses efforts en publiant 26 articles d’opinion, en organisant sept événements nationaux mettant à l’honneur des artistes handicapés, et en préparant une lettre ouverte qui a été signée à ce jour par 200 Canadiennes et Canadiens en vue, en plus de tenir un sondage Angus Reid sur la pauvreté et le handicap et diverses autres consultations et études.

Et il y a maintenant une pétition signée par plus de 11 000 Canadiennes et Canadiens et prenant fin le mardi 11 janvier 2022, qui invite le gouvernement à accélérer la mise en place de la prestation d’invalidité canadienne. Tout cela fait partie des efforts s’inscrivant dans le cadre de la stratégie « Rien sans nous » qui sont déployés sur le terrain par Le handicap sans pauvreté pour attirer l’attention sur la pauvreté liée au handicap et inciter à agir.

La philanthropie doit jouer un rôle plus actif pour mettre également fin à la pauvreté liée au handicap. L’artivisme (combinaison de l’art et de l’activisme) et les mesures pour s’attaquer à la pauvreté liée au handicap sont précisément ce dont ont besoin les personnes handicapées pour susciter des changements afin d’avoir accès à un revenu minimum. L’artivisme est une initiative visant à promouvoir des artistes en situation de handicap dans des localités partout au Canada, en leur donnant des occasions de raconter leur vécu et de partager leurs talents avec des Canadiennes et des Canadiens ordinaires. Les personnes en situation de handicap ont énormément de choses à dire à propos des politiques publiques de ce pays. Donnons-leur une chance en finançant des projets locaux visant à accroître la sensibilisation à la pauvreté liée au handicap dans leurs collectivités, régions et provinces.

En tant que Canadiennes et Canadiens, nous savons qu’il y a une nouvelle prise de conscience qui voit le jour et qui nous exhorte à réclamer une reconnaissance, un recalcul de l’équité et de la justice, afin d’édifier un meilleur avenir pour tous – en particulier pour les personnes en situation de handicap qui vivent dans la pauvreté. Nous avons besoin d’attention, de soutien et d’innovation pour trouver les moyens d’avancer sur la voie de l’accessibilité et de l’inclusion.

Faisons de 2022 l’année où nous parviendrons ensemble à réduire la pauvreté liée au handicap et à améliorer la qualité de vie des familles comme celle de Jane. L’inclusion n’est possible que si les personnes handicapées ont un revenu minimum. Cela peut commencer en ajoutant votre signature à la pétition et en demandant à vos réseaux, amis et proches de poser ce petit geste pour aider à faire un pas de géant en vue d’éradiquer la pauvreté liée au handicap.

Faisons en sorte d’éliminer ensemble la pauvreté liée au handicap et d’impliquer les personnes en situation de handicap dans chacune des étapes de notre démarche.

Billets connexes

You may also like:

  • Amplifier les impacts positifs de la philanthropie

    2020 a été et est toujours une année jalonnée de nombreux défis. La COVID-19 a mis en évidence et amplifié les disparités existantes au sein de la société canadienne et dans le monde.

     

  • Entretien avec Adwoa K. Buahene, membre du conseil d’administration de…

    Jane a des handicaps invisibles. Sa prestation d’invalidité ne lui laisse pas d’autre option que de choisir tous les mois entre avoir des douleurs ou s’alimenter, prendre des médicaments contre la douleur ou des vitamines, offrir un cadeau de Noël à sa fille de cinq ans ou s’acheter des gants d’hiver, et ainsi de suite. [...]

     

  • Comment les fondations peuvent-elles s’adapter aux sombres réalités de 2020?

    Jane a des handicaps invisibles. Sa prestation d’invalidité ne lui laisse pas d’autre option que de choisir tous les mois entre avoir des douleurs ou s’alimenter, prendre des médicaments contre la douleur ou des vitamines, offrir un cadeau de Noël à sa fille de cinq ans ou s’acheter des gants d’hiver, et ainsi de suite. [...]

     

Vos commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.