28 octobre, 2020
Blogue de FPC

Entretien avec Amanda Mayer membre du conseil d’administration de FPC

Amanda Mayer, directrice de programme et directrice des opérations, Fondation Lawson

-Nom, fondation et fonction

Bonjour, je m’appelle Amanda Mayer et je suis directrice de programme et directrice des opérations à la Fondation Lawson, une fondation familiale qui se consacre au sain développement des enfants et des jeunes. Notre mandat est national mais la fondation a ses racines à London, en Ontario. Cela dit, elle est maintenant basée à Foundation House à Toronto. Je demeure à Cantley, au Québec, où je vis avec mon conjoint Jean-Charles et notre jeune fille Daphné.

-Nombre d’années de travail dans la philanthropie

J’ai 17 ans d’expérience dans le secteur de la bienfaisance et celui des OBNL; mon expérience recouvre des occupations professionnelles et bénévoles au sein d’un bon nombre d’organismes et au profit d’un bon nombre de causes.

-Une citation qui définit votre philosophie de travail ?

« Ne doutez jamais du fait qu’un petit groupe de citoyens organisés et motivés puisse changer le monde. En fait, de tels petits groupes sont même les seuls à y parvenir. »

Ces paroles de Margaret Mead m’inspirent beaucoup. Cette femme, anthropologue et passionnée d’humanisme, les prononça lorsqu’elle a reçu le Prix du Citoyen planétaire de l’année en 1978. Sa citation m’interpelle tout particulièrement dans le contexte de la philanthropie, aussi bien au niveau local qu’au niveau systémique.

Je suis curieuse, et maintenant plus que jamais, de savoir comment nous pourrions trouver des moyens pour faire en sorte qu’une plus grande variété de personnes, avec des expériences et des perspectives riches et diverses, aient la chance de contribuer à ce type de changement au sein de la philanthropie.   

-Qu’est-ce qui vous a amené à travailler dans le secteur de la philanthropie canadienne ?

Mon parcours dans le secteur de la philanthropie canadienne et du monde caritatif a commencé, comme celui de beaucoup d’autres j’en suis sûre, par un mélange d’engagement personnel pour des causes communautaires et de désir d’apprendre et de grandir professionnellement. Ceci a abouti à une carrière quelque peu inattendue, mais tout à fait enrichissante jusqu’à présent. En plus de mon rôle actuel à la Fondation Lawson, j’ai travaillé avec plusieurs organismes de bienfaisance, dont Imagine Canada et le Conseil canadien de développement social. J’ai également partagé mon expertise en tant que formatrice dans un cours sur la gouvernance et le leadership dans le secteur sans but lucratif à l’Université Carleton. J’ai aussi participé à l’élaboration du modèle de gouvernance de la Fondation Rideau Hall. Je suis également membre du conseil d’administration de La Maison des Collines, une nouvelle maison de soins palliatifs sise au sein de ma communauté locale.

-En tant que nouveau membre du conseil d’administration de FPC, partagez quelque chose que nos membres devraient savoir sur vous.

Les membres de FPC devraient savoir que je suis une fière diplômée de la première cohorte du programme de Masters in Philanthropy and Nonprofit Leadership (MPNL) de l’Université Carleton. Je suis aussi une geek de la gouvernance, avec un intérêt particulier pour la rationalisation et la modernisation des politiques et des pratiques. L’idée est de changer la façon dont la philanthropie fonctionne pour qu’elle devienne plus habile, agile et sensible aux besoins de la communauté. J’ai en moi le goût de prendre soin des autres et j’ai un faible pour les enfants et les personnes âgées et donc je consacre une grande partie de mon temps à ces causes à la fois professionnellement et bénévolement.

-Hormis ce qui a trait à la COVID, quels sont quelques-uns des changements émergents dans la pratique philanthropique les plus importants que vous observez sur le terrain ?

L’un des changements les plus importants que je commence à observer est le mouvement générationnel dans le leadership des fondations — et je ne parle pas seulement des PDG et des directeurs généraux. Il est stimulant de voir de nouvelles perspectives et de nouvelles énergies arriver. Elles affectent et façonnent l’orientation des programmes des fondations, celle des investissements, y compris pour les investissements d’impact et les stratégies de désinvestissement, et celle des priorités de financement.

Un autre changement qui est important à mes yeux est la transition du pouvoir et des prises de décisions de la part des bailleurs de fonds vers un modèle qui est centré sur le leadership et les capacités des bénéficiaires et des partenaires communautaires. Le Fonds de résilience des peuples autochtones et le projet auquel participe la Fondation Lawson au sein d’un Diabetes Reduction Solutions Lab en sont deux exemples prometteurs.

-Quelle sera votre contribution au développement du champ d’activités et du leadership sectoriel de FPC ?

Comme nouvelle directrice, je vais apporter des perspectives et des idées issues de mon expérience en tant que femme, en tant que mère, en tant que Canadienne-française et en tant que jeune leader dans le domaine de la philanthropie canadienne. J’espère être une source d’inspiration et de motivation dans le travail pour FPC et ses membres. J’espère également accroître la portée de l’important travail que des organismes d’infrastructure tels que FPC jouent dans le secteur philanthropique et caritatif. Je veux aussi défendre les intérêts des fondations et des bailleurs de fonds afin de pouvoir fournir plus de financement structurel et sans restriction à des partenaires caritatifs dont l’impact dans les communautés est prouvé. Ainsi, on pourrait aller au-delà des seuls projets qui s’alignent parfaitement avec le mandat d’un bailleur de fonds.

Billets connexes

You may also like:

  • Amplifier les impacts positifs de la philanthropie
    2020 a été et est toujours une année jalonnée de nombreux défis. La COVID-19 a mis en évidence et amplifié les disparités existantes au sein de la société canadienne et dans le monde.

     

  • Entretien avec Adwoa K. Buahene, membre du conseil d’administration de…
    -Nom, fondation et fonction Bonjour, je m’appelle Amanda Mayer et je suis directrice de programme et directrice des opérations à la Fondation Lawson, une fondation familiale qui se consacre au sain développement des enfants et des jeunes. Notre mandat est national mais la fondation a ses racines à London, en Ontario. Cela dit, elle est [...]

     

  • Comment les fondations peuvent-elles s’adapter aux sombres réalités de 2020?
    -Nom, fondation et fonction Bonjour, je m’appelle Amanda Mayer et je suis directrice de programme et directrice des opérations à la Fondation Lawson, une fondation familiale qui se consacre au sain développement des enfants et des jeunes. Notre mandat est national mais la fondation a ses racines à London, en Ontario. Cela dit, elle est [...]

     

Vos commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.