11 février, 2019
De la présidente

Qui est à la table? Un regard sur les fondations canadiennes et la diversité

Hilary Pearson

L’une des questions à laquelle nous réfléchissons à FPC actuellement est plutôt élémentaire : comment peut-on « bien » donner? Le but d’une fondation peut sembler « simple » : donner de l’argent. Cependant, bon nombre de personnes qui œuvrent dans le monde des fondations le savent, leur travail va beaucoup plus loin. Il consiste à donner de l’argent efficacement ou, plus généralement, à soutenir et à favoriser le bien-être des communautés en ayant recours à des fonds (et à d’autres ressources) comme moyen pour atteindre ce but.

L’expérience et la recherche montrent que l’efficacité d’un don repose sur l’information, laquelle repose sur les relations et sur la communication. Tout cela est plus compliqué qu’il n’y paraît. La communication au sein d’une fondation (entre les membres du conseil et du personnel) est importante, mais n’est pas suffisante. La communication entre une fondation et ses donataires est également importante, mais n’est pas suffisante non plus. Alors, qu’est-ce qui accroît l’efficacité de la communication? De nos jours, une fondation qui veut donner efficacement doit se demander quelles voix se font entendre. Elle doit rechercher et prendre en compte des idées et des perspectives diversifiées. Et elle doit accorder la priorité à la mise en place d’une culture, de politiques et de pratiques délibérément inclusives.

Les Canadiens n’ont qu’à regarder autour d’eux pour remarquer la diversité, ou les différences entre les êtres humains. Les différences de race, d’origine ethnique, d’âge, de sexe, de religion, d’état physique et mental, d’orientation sexuelle, d’éducation, de situation socioéconomique… sont omniprésentes. Cependant, il est également vrai que ces différences ne sont pas présentes et reflétées de façon égale dans les décisions en matière de dons. À quel point est-il important pour nous, dans le cadre de notre action philanthropique, de prendre en compte et inclure des perspectives diversifiées? Dans quelle mesure les politiques et les pratiques du monde de la philanthropie organisée sont-elles inclusives? Pouvons-nous tirer des leçons de l’expérience de pairs qui trouvent des moyens de faire entendre des voix diversifiées à la table de leur conseil d’administration et de tenir compte de points de vue diversifiés dans leurs décisions en matière de financement?

La diversité et les fondations privées

Le monde des fondations familiales est caractérisé, évidemment, par de nombreuses fondations mises sur pied par des donateurs et leurs familles. Un grand nombre de ces fondations, surtout à leurs débuts, sont régies par des conseils d’administration qui sont constitués de membres de la famille et, parfois, de quelques conseillers et collègues. Cela est parfaitement compréhensible, mais c’est un modèle qui peut avoir des répercussions négatives en raison du manque de diversité et de l’absence à la table de personnes ayant une « expérience vécue » reliée aux problèmes auxquels s’attaque la fondation. Tout dépend de la mission. Pour les fondations ayant une mission touchant au bien-être de la collectivité, comme la justice sociale ou la réduction de la pauvreté, la façon dont elles prennent leurs décisions est directement corrélée à l’efficacité de leurs dons. Or, nos recherches en cours révèlent qu’il est tout à fait possible pour les fondations familiales d’intégrer efficacement des pratiques de diversité et d’inclusion.

En 2018, FPC a lancé un projet exploratoire pour se pencher sur la question de la diversité, de l’équité et de l’inclusion au sein des fondations canadiennes. Ce projet est similaire à d’autres projets menés par des associations philanthropiques aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Nouvelle-Zélande. Nous espérions qu’en recueillant des données et en faisant connaître des cadres novateurs de réflexion et d’action visant l’inclusion de voix diversifiées, nous amènerions les membres de FPC et les autres acteurs du milieu philanthropiques à amorcer la discussion sur cette question. Ainsi, nous avons d’abord réalisé un sondage pour recueillir des renseignements visant à obtenir un portrait des décideurs au sein des fondations canadiennes. Nous avons posé aux dirigeants (directeurs généraux ou présidents de conseil d’administration) des fondations membres de FPC des questions concernant les membres de leur conseil d’administration, les personnes qui secondent ces décideurs, la méthode de recrutement de ces derniers et les pratiques d’inclusion et diversité de leur fondation. En février 2019, nous publions le rapport de ce sondage.

Voici quelques-unes de nos constatations :

  • La plupart des conseils d’administration des fondations membres de FPC sont constitués d’administrateurs qui sont généralement blancs et d’un certain âge (plus de 50 ans).
  • Un peu plus d’hommes que de femmes siègent à ces conseils d’administration. De plus, les fondations sont plus souvent dirigées par un homme que par une femme.
  • En revanche, les membres de leur personnel sont majoritairement de sexe féminin et ont un profil légèrement plus diversifié que celui des membres de leur conseil d’administration.
  • Le recrutement aux conseils d’administration est souvent informel et ne tient pas officiellement compte de critères de diversité, bien que l’âge et le sexe jouent un certain rôle pour équilibrer la composition du conseil.
  • Très peu de fondations ont une politique officielle en matière de diversité, d’équité et d’inclusion.
  • Environ la moitié des conseils d’administration des fondations ont recours à des comités. Ces comités offrent aux fondations la possibilité de recruter des personnes différentes de leurs administrateurs pour apporter des perspectives plus diversifiées à leur conseil d’administration.

Il semble que les fondations membres de FPC ne possèdent pas encore la diversité d’administrateurs qui leur apporterait les points de vue de personnes qui ne font pas partie du cercle immédiat du donateur. Il existe toutefois des possibilités prometteuses d’accroître la diversité des perspectives. Cela peut être fait par la participation de personnes d’autres horizons aux comités du conseil d’administration, par un recrutement plus actif directement au conseil d’administration ou par l’embauche d’employés aux bagages plus diversifiés.

L’apprentissage sur la DÉI et les prochaines étapes

Notre rapport de sondage ne représente qu’un premier pas pour favoriser un dialogue plus éclairé sur la diversité, l’équité et l’inclusion et sur les raisons pour lesquelles il importe que les politiques et les pratiques de financement philanthropique en tiennent compte. FPC tient à créer plus d’occasions propices à la réflexion et à l’action en matière de diversité, d’équité et d’inclusion qui guideront les fondations lors de la mise en œuvre de leurs initiatives dans ces domaines. Nous nous sommes renseignés sur les pratiques et les idées entourant la diversité et l’inclusion dans le secteur de la philanthropie aux États-Unis et au Royaume-Uni et nous avons mis sur notre site Web des liens vers les ressources documentaires que nous avons trouvées. Dans le cadre de notre programme de 2019, nous offrirons des activités avec les fondations membres pour décortiquer et examiner les notions de diversité, d’équité et d’inclusion sur le plan pratique, notamment en présentant des histoires de membres qui se sont engagés dans cette voie pour accroître l’efficacité de leurs dons.

De l’inspiration

Visionner la vidéo du colloque de FPC 2017 :  Bringing Voices Inside the Foundation.

Lire ce guide : From Words to Action A Practical Philanthropic Guide to Diversity, Equity, and Inclusion

Ce guide Grantcraft propose une approche pratique sur la manière d’incorporer la diversité, l’équité et l’inclusion aux pratiques organisationnelles. Il provient des États-Unis mais peut fournir aux fondations canadiennes des stratégies pratiques sur la manière d’élaborer des politiques et des pratiques de diversité, d’équité et d’inclusion.

Billets connexes

You may also like:

  • La philanthropie canadienne dans notre boule de cristal
    De la la diversité, la parité et l’inclusion à ’investissement d’impact. Quelles sont les enjeux pour la philanthropie canadienne en 2019 ?

     

  • Connecter. Créer. Changer : six points à retenir de la…
    La présidente de FPC, Hilary Pearson partage les conclusions de la conférence de FPC, en mettant l’accent sur les thèmes de la collaboration, des relations et de l’inclusion qui ont émergé.

     

  • Les conseils d’administration des fondations et la question de la…
    L’une des questions à laquelle nous réfléchissons à FPC actuellement est plutôt élémentaire : comment peut-on « bien » donner? Le but d’une fondation peut sembler « simple » : donner de l’argent. Cependant, bon nombre de personnes qui œuvrent dans le monde des fondations le savent, leur travail va beaucoup plus loin. Il consiste à donner de l’argent efficacement ou, [...]

     

Vos commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.