15 janvier, 2020
Du président

Comment les fondations peuvent-elles s’adapter aux sombres réalités de 2020?

Jean-Marc Mangin

En tant que produit du système d’éducation québécois au lendemain de la Révolution tranquille, je suis peu porté sur le symbolisme religieux. Cependant, on  me pardonnera de craindre que la nouvelle décennie n’ait débuté avec le grondement des quatre cavaliers de l’Apocalypse sur leurs chevaux blanc, rouge, noir et pâle annonciateurs de la peste, de la guerre, de la famine et de la mort étant donné :

  • l’épidémie d’ebola qui fait toujours rage au Congo, le nouveau virus possible de type SRAS en Chine et, plus près de chez nous, la crise des opioïdes qui tuent en silence des milliers de personnes dans leur foyer ou au fond d’une ruelle partout au Canada;
  • un Moyen-Orient secoué par des assassinats, des guerres civiles cruelles (Syrie, Libye) et des actes terroristes qui ont contribué à ce qu’un avion rempli de civils – qui se dirigeaient pour la plupart vers le Canada – soit abattu tragiquement par un régime de Gilead allégé, craintif et à la gâchette facile;
  • les incendies record en Australie qui ravagent des pans entiers du pays, détruisent les moyens de subsistance et la faune et, au début de janvier, ont transformé la qualité de l’air de Canberra en l’une des pires au monde;
  • les millions de personnes, surtout des Africains, qui risquent la famine en raison des effets conjugués de la crise climatique, des conflits et d’une gouvernance déficiente pendant que le monde détourne le regard.

Qu’est-ce que cela a à voir avec la philanthropie? Tout.

Plus que jamais, les philanthropes ne peuvent rester en marge. De nombreux membres de FPC participent déjà à des programmes de soins de santé communautaires, à des initiatives axées sur les changements climatiques et à des projets de sécurité alimentaire au Canada et dans le monde. Certains soutiennent même discrètement des efforts visant à sauvegarder la paix et la tolérance au Moyen-Orient et à lutter contre la résurgence immonde de l’antisémitisme, de l’islamophobie et du racisme ici même, au Canada.

Cependant, je sais de mes conversations avec de nombreux membres de FPC que nous sommes conscients qu’il faut en faire beaucoup plus face à la conjonction de crises qui secouent actuellement la planète.

Les fondations ont des décisions difficiles à prendre concernant la façon d’offrir leur soutien et ce qu’elles devraient soutenir. Les fondations doivent collaborer plus efficacement entre elles, avec les gouvernements, avec le secteur privé et avec la société civile. Et les fondations doivent continuer à tirer des leçons de leurs réussites et de leurs échecs. FPC est particulièrement bien placée pour aider les fondations canadiennes dans la poursuite de leurs objectifs stratégiques d’apprentissage et de collaboration. Et, comme vous avez été nombreux à me le souligner, nous devons tous faire mieux, y compris FPC.

Pour FPC, 2020 sera une année de transition tandis que nous définissons nos nouvelles orientations stratégiques de concert avec nos membres et partenaires. Dans le cadre de cette transition, nous lançons déjà quelques nouveaux programmes et projets pilotes et approfondissons les sujets visés par certains de nos programmes existants. FPC aura besoin d’un soutien et d’un engagement accrus de la part de ses membres pour devenir :

  • Une voix nationale plus forte auprès des gouvernements, de nos partenaires et de la population canadienne pour faire valoir nos contributions collectives au bien commun. Les démarches de FPC en ce sens s’appuieront sur des études et des données actualisées sur les fondations canadiennes. Grâce à l’embauche d’un directeur ou d’une directrice des politiques et des communications, nous élargirons la portée de ces études à l’aide de nos plateformes de communication redynamisées et de nos réseaux élargis pour encourager le nouveau parlement à moderniser le cadre réglementaire régissant le secteur de la bienfaisance.
  • Une plateforme améliorée pour soutenir le renforcement des capacités de nos membres, y compris de leurs administrateurs bénévoles et employés. FPC organisera un congrès de trois jours à Québec sur la démocratie et la philanthropie du 20 au 22 octobre 2020, et proposera des activités d’apprentissage et de réseautage en personne et en ligne ainsi que des outils axés sur l’investissement responsable, sur les données et les preuves, sur la réconciliation, sur la diversité, l’équité et l’inclusion, sur les philanthropes de la relève et sur la pratique éclairée de la philanthropie.
  • Une source de soutien plus grande pour ses membres en proposant des outils pour faciliter la collaboration et l’apprentissage. FPC offrira aux membres d’autres possibilités d’adhérer à des communautés de pratiques (réseaux de donateurs) en plus d’améliorer le soutien qu’elle apporte aux réseaux existants.
  • Un organisme plus réceptif qui fournit des services essentiels à ses membres. En analysant les résultats de nos projets pilotes de 2020 et les observations recueillies à l’occasion de notre processus consultatif continu auprès des membres, nous disposerons d’une feuille de route plus claire vers l’atteinte de nos buts communs.

Le conseil d’administration a approuvé ces priorités lors de sa réunion à la fin novembre. J’ai récemment transmis à tous les membres de FPC de plus amples renseignements sur nos programmes en 2020 et sur ce qu’ils peuvent faire pour y participer et les soutenir.

Tandis que le sentiment d’urgence s’exacerbe partout dans le monde, la communauté philanthropique n’a pas le luxe de s’abandonner au désespoir. Nos membres ont la capacité d’agir rapidement, de façon indépendante et avec conviction et détermination. En écoutant attentivement nos partenaires et en collaborant, nous pouvons mettre nos ressources financières et intellectuelles et nos réseaux au service du bien commun.

Ce faisant, nous contribuerons à garder les quatre cavaliers de l’Apocalypse à distance et à bâtir un monde plus humain.

Billets connexes

You may also like:

Vos commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.