8 décembre, 2015
De la présidente

Construire une infrastructure civique

De Hilary Pearson

Dernier d’une série sur la philanthropie et l’engagement civique.

Alors que 2015 tire à sa fin et que nous passons en revue les nombreux événements positifs, mais aussi les multiples événements troublants de l’année au Canada et dans le monde, il est opportun de se demander ce à quoi sert la philanthropie. Quel est le rôle des philanthropes dans la résolution de problèmes mondiaux et locaux complexes comme les inégalités économiques, la migration des réfugiés, les changements climatiques, la propagation de maladies ou la discrimination systémique?

De nombreuses réponses sont possibles. Ce qui fait toutefois consensus est qu’une collaboration entre de nombreux esprits et un engagement démocratique d’un grand nombre de citoyens seront nécessaires pour régler ces problèmes épineux. Un des indicateurs de l’engagement des gens dans leur collectivité et de leur participation au dialogue civique est le degré de participation à la vie politique. La forme la plus simple de participation est l’exercice du droit de vote. La bonne nouvelle pour nous au Canada est que la participation électorale et l’engagement populaire dans la sphère politique semblent plus forts, si l’on se fie aux résultats électoraux et aux taux de participation aux différentes élections ayant eu lieu au Canada cette année et notamment au taux élevé de participation aux élections fédérales, dont on peut se réjouir. Les gens veulent parler des enjeux qui les préoccupent ainsi que travailler et voter pour des représentants qui poursuivront le dialogue.

Aux États-Unis, les fondations consacrent des sommes importantes au financement de la participation fondée sur les enjeux, qui est définie comme « le soutien accordé aux démarches non électorales d’organisation, d’engagement et de défense d’intérêts entourant le processus d’élaboration des politiques portant sur des enjeux ou des groupes de population spécifiques ». Les données relatives à cette aide financière sont présentées dans un nouvel outil intéressant de cartographie des dons versés par les fondations américaines au soutien de l’engagement démocratique, qui est accessible par l’entremise du Foundation Center Foundation Funding for U.S. Democracy.

Cependant, Cindy Gibson, blogueuse et chercheuse bien connue dans le monde américain de la philanthropie, souligne dans un billet clairvoyant qu’« il est peut-être le temps que la philanthropie revoit sa théorie du changement en qui concerne la démocratie […] ». Hisser l’engagement civique au prochain échelon implique de créer « des espaces civiques qui accordent la priorité aux citoyens et les encouragent à définir et à aborder les questions qu’ils jugent importantes. De tels espaces font participer intentionnellement tous les membres de la collectivité — et non seulement ceux qui s’entendent — dans les délibérations et les décisions concernant une action collective pour résoudre des problèmes publics en employant les tactiques qu’ils jugent les plus appropriées — que ce soit le bénévolat, la mobilisation collective ou autre chose. Grâce à ce type de processus délibérant, les gens deviennent des acteurs civiques plutôt que de simples consommateurs des services financés par les contribuables; un changement de culture devient tout aussi important que les résultats à court terme, les défis ou les victoires; et la participation de citoyens représentatifs de collectivités entières, et non seulement de segments de celles-ci, est favorisée ».

Gibson indique que « cela exige la mise en place d’infrastructures civiques qui renforcent la capacité des gens ordinaires de participer à la résolution de problèmes publics ». Est-ce à cela que peut servir la philanthropie, du moins en partie? Les fondations devraient-elles financer la capacité générale de la population de participer à des conversations signifiantes concernant leurs collectivités en plus d’actions de plaidoyer axées sur certains enjeux? On trouve au Canada de plus en plus d’exemples de ce type d’initiatives de renforcement des capacités soutenant un débat civique ouvert dans des projets comme Canadas possibles, la Commission de l’écofiscalité du Canada, Des villes pour tous, l’Atkinson Decent Work Fund ou le Centre for Dialogue de Vancouver, qui sont tous soutenus financièrement par des fondations.

À l’aube de 2016, nous pouvons être préoccupés par les manchettes quotidiennes ou par les fils Twitter qui nous rappellent toutes les heures la situation difficile dans laquelle le monde se trouve. Mais nous pouvons aussi être encouragés par les moyens novateurs que les gens trouvent pour discuter des façons de s’attaquer à ces problèmes inquiétants. Et nous ne pouvons qu’espérer que les bailleurs de fonds philanthropiques répondent de plus en plus à la question « À quoi sert la philanthropie » en accordant leur soutien au dialogue public visant à régler les grandes questions complexes qui nous préoccupent tous.

Billets connexes

You may also like:

  • Bailleurs de fonds privés et décideurs : des ponts à…

    Pourquoi les bailleurs de fonds privés devraient-ils s’intéresser à l’univers public des responsables de l’élaboration des politiques et des représentants de gouvernement? Lors du récent colloque de FPC à Toronto, qui portait sur les ponts à jeter entre les bailleurs de fonds publics et privés, certains récits remarquables ont été faits par plusieurs fondation.

     

  • L’action de plaidoyer : un outil sous-estimé?

    Peut-on utiliser les mots « plaidoyer » et « bienfaisance » dans la même phrase? Que penser de la validité des actions de plaidoyer comme stratégie dans la boîte à outils stratégiques d’un organisme de bienfaisance? Les bailleurs de fonds philanthropiques devraient-ils réexaminer leur mission en ayant à l’esprit la possibilité de mener une action de plaidoyer?

     

  • Pouvoir s’exprimer : place aux fondations

    La plupart des fondations canadiennes qui octroient des dons se décriraient comme des acteurs d’arrière-scène… elles appuient d’autres organismes de bienfaisance d’avant-scène.

     

Vos commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.