16 novembre, 2017
De la présidente

Écouter. Apprendre. Agir : réflexions additionnelles sur les pratiques philanthropiques

De Hilary Pearson

Dans mon dernier billet, j’ai résumé certains des enseignements que nous avons tirés des échanges ayant eu lieu au colloque automnal de FPC au sujet du renforcement de la capacité des fondations et des communautés de s’engager dans un dialogue. Tellement d’idées brillantes et étoffées ont été présentées que mon résumé ne leur a assurément pas rendu justice. C’est pourquoi nous sommes très heureux de vous présenter quatre courtes vidéos qui vous donneront une idée de l’énergie qui régnait dans les salles à Montréal.

Deux observateurs nous ont également fait part de ce qu’ils ont retenu des conservations d’octobre (consultez les billets de Jillian Witt et de Michael Alberg-Seberich). Ils dénotent tous les deux un virage vers une « communauté de pratique » dans le milieu canadien de la philanthropie; vers une communauté de bailleurs de fonds qui prennent le temps d’écouter attentivement et d’utiliser les connaissances ainsi acquises pour apprendre et agir différemment, ce qui exige de consacrer du temps à l’établissement d’un climat de confiance et de liens non seulement avec les partenaires communautaires, mais aussi avec les autres donateurs.

C’est sur ce virage que je souhaite me pencher. C’est un virage que je vois nettement quand je repense à la série de rassemblements automnaux que PFC a organisés depuis 2012 sur le thème général du « changement ».

Ce n’est que depuis cinq ans que FPC organise tous les deux ans des colloques automnaux d’une journée. Nous souhaitions tenir ces rassemblements, qui ont commencé en 2012, les années où nous n’organisions pas un congrès élargi et plus long. Ces congrès de deux jours ont généralement lieu l’année où nos collègues de Fondations communautaires du Canada (FCC) ne tiennent pas eux aussi leur congrès de deux jours. Depuis 2011, année où FPC et FCC ont toutes deux organisé un important congrès, nous collaborons pour éviter que deux importants congrès philanthropiques aient lieu la même année. Mais puisque les membres de FPC ont un ardent désir de se rassembler et se rencontrer, nous avons lancé, en 2012, notre série de colloques d’une journée afin de satisfaire à cette demande. Nous avons tenu un colloque en 2012, en 2013 (année d’un congrès de FCC), en 2015 et, tout récemment, en 2017.

Nous avons réalisé que nous avions la possibilité de consacrer chacun de ces colloques à l’examen d’un thème particulier pendant une journée. En 2012, nous avons donc commencé en ayant comme idée maîtresse d’examiner ce qui est nécessaire pour susciter une transformation, qui peut être systémique ou être plus globale, profonde et efficace, afin de s’attaquer à certains des problèmes complexes auxquels s’intéressent les fondations canadiennes : la pauvreté, l’itinérance, les changements climatiques, la toxicomanie, la maladie mentale, l’exclusion sociale, et bien d’autres. Nous avons aussi vu dans ces colloques une occasion d’étudier une approche particulière de la pratique des bailleurs de fonds philanthropiques canadiens. Nous estimions pouvoir tirer parti de notre rassemblement d’une journée pour explorer plus en profondeur une pratique, sous différentes facettes, et pour présenter des exemples de cette pratique en action au Canada.

La première pratique que nous avons examinée, en ayant pour objectif de l’utiliser plus efficacement afin de « susciter une transformation », est la collaboration. En 2012, notre colloque de Montréal a porté sur les tenants et les aboutissants de la collaboration entre bailleurs de fonds. Nous avons aussi profité de l’occasion pour préparer un document de synthèse résumant les principales idées des participants. L’une de ces idées, qui a été formulée par Tim Brodhead, est qu’« [u]ne collaboration ne concerne pas seulement l’argent. On ne parle pas de mettre en commun les fonds, mais plutôt les perspectives, les idées et les connaissances. La collaboration peut permettre autant de cerner un problème que d’amener de l’argent à la table. Elle porte sur ce qui est important ».

Nous avons retenu cette idée pour ensuite passer à l’examen d’une pratique différente en 2013 à Calgary, soit celle consistant à réfléchir de manière systémique aux façons de susciter une transformation. En tant que bailleurs de fonds, comment pouvons-nous apporter de la créativité, un regard nouveau et une perspective plus globale ou transversale à la table avec nos partenaires communautaires? En 2015 à Toronto, notre colloque a été consacré à la pratique de la participation à une transformation des politiques publiques. Comment pouvons-nous, à titre de bailleurs de fonds privés, collaborer plus efficacement avec les responsables de l’élaboration des politiques publiques et les organismes qui les appliquent afin de susciter des changements sociaux plus profonds et plus durables? Comment pouvons-nous résoudre des problèmes tous ensemble? Puis en 2017, à Montréal cette fois, nous avons exploré la pratique de l’écoute. Dans notre rôle de bailleurs de fonds, comment pouvons-nous mieux écouter, mieux dialoguer et entrer en contact avec les personnes que nous devons entendre, mais n’entendons pas?

Lorsque je repense à ces cinq années, j’en conclus que nous créons effectivement une communauté de pratique en tant que bailleurs de fonds. La collaboration, la réflexion systémique, les changements de politiques, l’écoute… ce sont toutes des pratiques importantes que nous continuerons d’examiner en philanthropie au Canada. Avez-vous un domaine de pratique à nous suggérer en vue de notre prochain colloque en 2019? Nous sommes tout ouïe!

Bien entendu, vous n’avez pas à attendre jusqu’en 2019, puisque notre prochain congrès de deux jours et demi aura lieu à Toronto du 16 au 18 octobre 2018. De plus amples renseignements à ce sujet vous seront fournis prochainement!

Billets connexes

You may also like:

  • Au-delà des bonnes intentions

    Jillian Witt, conseillère en engagement communautaire pour The Philanthropist, partage des points communs concernant l’autoréflexion et le transfert de pouvoir demandés aux bailleurs de fonds lors du colloque de FPC à Montréal en octobre 2017.

     

  • Écouter. Apprendre. Agir.

    In her latest blog piece, PFC President, Hilary Pearson, highlights some of the lessons learned about listening and learning effectively as funders that were shared during the 2017 PFC Symposium in Montreal on October 17 and 18.

     

Vos commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.